Belligerent Politics – Political News Updates

Home » News » Cnn Politics Daily

Cnn Politics Daily

Top Clicks

  • None

RSS Political News Updates On Scoop.it

  • An error has occurred; the feed is probably down. Try again later.

RSS Political Swagger News Updates

  • Forest Activist Assassinated by Military Police – Green Pages News 1st May with Katie Patrick
    Forest Activist Assassinated by Military Police – Green Pages News 1st May with Katie Patrick The post Forest Activist Assassinated by Military Police – Green Pages News 1st May with Katie Patrick appeared first on Political News Updates - Real Politics and News by Political News Writer. Related Articles: Forest dept catch leopard in Malayattoorവനംവകുപ്പിന്റ […]
  • Drought hits Dadaab camp/CNN
    Drought hits Dadaab camp/CNN The post Drought hits Dadaab camp/CNN appeared first on Political News Updates - Real Politics and News by Political News Writer. Related Articles: Fire hits building in Camp Bagong Diwa Fire hit a residential building used by police personnel in Camp Bagong Diwa, Taguig City.... Fearful survivors camp outside in Kathmandu Fearfu […]
  • NewsONE Headlines 4PM, 20-August-2015
    NewsONE delivers the Latest Updates, Headlines, Breaking News and Information on the latest top stories from Pakistan and around the World. (weather, business, entertainment, politics, sports and more) The post NewsONE Headlines 4PM, 20-August-2015 appeared first on Political News Updates - Real Politics and News by Political News Writer. Related Articles: A […]
  • Luis Otero entrevista al Marcelo Etchebarne (01/07/2014)
    Luis Otero entrevista al Marcelo Etchebarne (01/07/2014) The post Luis Otero entrevista al Marcelo Etchebarne (01/07/2014) appeared first on Political News Updates - Real Politics and News by Political News Writer. Related Articles: Watch the SA Budget Speech 2014 Finance Minister Pravin Gordhan delivers the 2014 Budget in Parliament on 26 February 2014.... […]
  • Anastasia’s Expression of Brilliance in Story-telling
    Anastasia’s Expression of Brilliance in Story-telling The post Anastasia’s Expression of Brilliance in Story-telling appeared first on Political News Updates - Real Politics and News by Political News Writer. Related Articles: Rosie O’Donnell: I Still Do Not Believe the Official Story of 9/11 Rosie O’Donnell: I Still Do Not Believe the Official Story of 9/11 […]
  • “Star Wars” #4 of 5 – A Trojan Horse in Space (2000)
    “Star Wars” #4 of 5 – A Trojan Horse in Space (2000) The post “Star Wars” #4 of 5 – A Trojan Horse in Space (2000) appeared first on Political News Updates - Real Politics and News by Political News Writer. Related Articles: Horse racing,a different way to celebrate the Lunar New Year in HK The Lunar New Year celebrations in Hong Kong are a little bit differ […]
  • Manmarziyaan – 17 august 2015 – Saas Bahu Aur Saazish
    Manmarziyaan – 17 august 2015 – Saas Bahu Aur Saazish The post Manmarziyaan – 17 august 2015 – Saas Bahu Aur Saazish appeared first on Political News Updates - Real Politics and News by Political News Writer. Related Articles: 4/2/2015 Brandon Ivey Storm Chase LIVE Brandon Ivey Live Track: http://goo.gl/HXHNOU Brandon Ivey covering weather live Wed April 2, […]
  • ddd
    O216 3O6 O 633 TOPSELVİ ARÇELİK Servisi Servis ARÇELİK TOPSELVİ Servisi ARÇELİK TOPSELVİ Servisi ARÇELİK TOPSELVİ ARÇELİK ARÇELİK TOPSELVİ Servis Servisiİ ARÇELİK TOPSELVİ TOPSELVİ ARÇELİK TOPSELVİ Teknik Servis ARÇELİK ARÇELİK TOPSELVİ Teknik Servis TOPSELVİ ARÇELİK de ARÇELİK TOPSELVİ Servisi ARÇELİK TOPSELVİ Tamir Servisi TOPSELVİ ARÇELİK TOPSELVİ Servisc […]
  • Broughton quits
    Broughton quits The post Broughton quits appeared first on Political News Updates - Real Politics and News by Political News Writer. Related Articles: Kim Jong-un puts missile units on standby to attack US bases See on Scoop.it – Political News UpdatesNorth Korea has put its missile units on standby... Radio Framåt #75 – Heter vi TV Framåt nu? Det första Rad […]
  • Nicaragua y Colombia acudirán a la CIJ por conflicto territorial
    Nicaragua y Colombia comparecerán nuevamente ante la Corte Internacional de Justicia (CIJ) tras la demanda presentada por el gobierno de Daniel Ortega en contra del país sudamericano por desacatar el fallo que le otorgó a Nicaragua más de 90 mil km2 en el Mar Caribe. teleSUR The post Nicaragua y Colombia acudirán a la CIJ por conflicto territorial appeared f […]

Préoccupation de l'Ouest sur la sécurité de l'arsenal nucléaire du Pakistan Préoccupation de l'Ouest sur la sécurité de l'arsenal nucléaire du Pakistan Par Mamnoon Ahmad Khan mamnoonak@gmail.com Depuis le Pakistan a acquis sa capacité nucléaire, la seule question qui a été demandé à plusieurs reprises par les États-Unis et l'Occident est «Que le Pakistan serait en mesure d'assurer son arsenal nucléaire ou non"? Au cours de en temps normal politique et sociale relative, la sécurité de l'arsenal nucléaire du Pakistan est probablement suffisant et on peut s'attendre à améliorer la cohérence avec les autres programmes nucléaires dans le monde entier. Toutefois, retombées de la décision du Pakistan de coopérer avec les États-Unis à la suite du 11 Septembre les attaques terroristes peuvent à rude épreuve le système de sécurité du Pakistan tout au long de ses armes nucléaires complexes. L'instabilité au Pakistan pourrait faire ses armes nucléaires et les stocks de matières nucléaires explosifs dangereusement vulnérables au vol. Si l'instabilité intérieure conduit à la chute de l'actuel gouvernement pakistanais, armes nucléaires et les moyens de les faire tomber dans les mains d'un gouvernement hostile aux Etats-Unis et leurs alliés. arsenal nucléaire du Pakistan est constitué d'environ 60 ogives nucléaires, bien qu'il puisse être plus grande. Islamabad est la production de matières fissiles, l'ajout d'installations de production connexes, et le déploiement de véhicules de livraison supplémentaires. Ces étapes permettront au Pakistan d'entreprendre des amélioration quantitative et qualitative de son arsenal nucléaire. Si et dans quelle mesure Pakistan développement actuel de ses installations nucléaires liés aux armes est une réponse à l'édition 2008 Accord américano-indien de coopération nucléaire n'est pas claire. Islamabad n'a pas de public, détaillée nucléaire doctrine, mais sa «force de dissuasion minimum crédible" est généralement considéré comme étant essentiellement un effet dissuasif à l'action militaire indienne. Le Pakistan a ces dernières années pris un certain nombre de mesures pour accroître la confiance internationale dans le la sécurité de son arsenal nucléaire. En plus de la remise en état de façon spectaculaire le commandement nucléaire et contrôle structures depuis Septembre 11, 2001, Islamabad a mis en place de nouvelles sécurité du personnel programmes. En outre, pakistanais et certains responsables américains affirment que, depuis les révélations de 2004 sur un réseau d'approvisionnement dirigé par l'ancien nucléaire pakistanais AQ Khan officielle, Islamabad a pris un certain nombre de mesures pour améliorer la sécurité nucléaire et à empêcher la prolifération de technologies liées au domaine nucléaire et des matériaux. Un certain nombre d'initiatives importantes, telles que Renforcement de la législation de contrôle des exportations, amélioration de la sécurité du personnel, et de la sécurité nucléaire internationale programmes de coopération ont permis d'améliorer la situation sécuritaire au Pakistan ces dernières années. L'instabilité au Pakistan a appelé l'ampleur et la durabilité de ces réformes en question. Certains observateurs craignent reprise radicale d'un gouvernement qui possède une bombe nucléaire, ou la prolifération par les sympathisants radicaux dans le complexe nucléaire du Pakistan en cas de défaillance des contrôles. Bien que les responsables américains et pakistanais continuent à exprimer leur confiance dans les contrôles sur les armes nucléaires du Pakistan, l'instabilité persistante dans le pays pourrait avoir des répercussions de ces garanties. Pour une discussion plus large, voir CRS Rapport RL33498, Pakistan-États-Unis, par K. Alan Kronstadt. Ce rapport sera mis à jour. Occidental Inquiétudes L'instabilité politique chronique au Pakistan et l'offensive actuelle contre les talibans dans le au nord-ouest du pays ont appelé attention à la question de la sécurité des pays nucléaires armes. Certains observateurs occidentaux craignent que le Pakistan a des actifs stratégiques nucléaires pourraient être obtenus par des terroristes, ou utilisés par des éléments au sein du gouvernement pakistanais. Président du Joint Chiefs of Staff L'amiral Michael Mullen décrites concernent des États-Unis sur la question lors d'une Septembre 22, 2008, discours: Au meilleur de ma capacité à le comprendre, et c'est avec une certaine capacité, les armes y sont en sécurité. Et que, même dans le changement de gouvernement, les contrôles de ces armes n'ont pas changé. Cela dit, ils sont leurs armes. Ils ne sont pas mes armes. Et il ya des limites à ce que je sais. Certes, à un scénario plus pessimiste en ce qui concerne le Pakistan, je m'inquiète beaucoup sur ces armes tombent entre les mains des terroristes et soit être multipliées ou potentiellement utilisés. Ainsi, le contrôle de celles-ci, la stabilité, le contrôle de ces armes stable est une clé préoccupation. Et je pense que certainement les dirigeants pakistanais que j'ai parlé avec tant sur le côté militaire et civil à comprendre cela. États-Unis fonctionnaires continuent d'être préoccupés par la menace existentielle posée par les armes nucléaires dans un déstabilisé le Pakistan. Le général David H. Petraeus, commandant du US Central Command, a témoigné 31 mars 2009, que «défaillance de l'Etat pakistanais permettent à des groupes terroristes et d'autres organisations extrémistes l'occasion d'acquérir des armes nucléaires et un havre pour planifier et lancer des attaques. " Néanmoins, les responsables américains ont généralement exprimé sa confiance dans la sécurité du Pakistan armes nucléaires. Le président Obama a abordé cette question lors d'une conférence de presse le 29 avril 2009, déclarant: «Je suis convaincu que nous pouvons faire en sorte que l'arsenal nucléaire du Pakistan est en sécurité, principalement, d'abord, parce que l'armée pakistanaise, je pense, reconnaît les dangers de ces les armes ne tombent entre de mauvaises mains. Nous avons une forte consultation de militaires à militaires et la coopération. "Il a également reconnu la sensibilité de la question pour le Pakistan, en disant:" Nous voulons respecter leur souveraineté, mais nous reconnaissons aussi que nous avons d'énormes intérêts stratégiques, d'énormes intérêts de sécurité nationale à faire en sorte que le Pakistan est stable et que vous ne finissent pas par avoir l'arme nucléaire État militant. "1 Refusant de s'engager dans" hypothétiques "lorsqu'on lui a demandé si les Etats-Unis sont prêts à sécuriser l'arsenal nucléaire si le gouvernement pakistanais n'a pas pu le faire, dit le président Obama il se sentait "confiant que cet arsenal nucléaire restera des mains de militant." Le général Petraeus a réaffirmé cette confiance le 10 mai: «En ce qui concerne la-la nucléaire des armes et des sites et qui sont contrôlées par le Pakistan … Nous avons confiance dans leur sécurité procédures et les éléments et je crois que la sécurité de ces sites est adéquate. "2Admiral Mullen fait écho à cette évaluation au cours de mai 14, 2009, audition devant la commission sénatoriale des services armés. Ancien président pakistanais Pervez Musharraf dit à un journaliste qui Islamabad a «donné État de non-prolifération Département experts aperçu de la commande et le contrôle de l'arsenal pakistanais et sa sécurité sur place et les procédures de sécurité," 3 mais la connaissance de l'arsenal des Etats-Unis au Pakistan reste limité, selon des responsables américains. Mullen a déclaré que "nous sommes limités dans ce que nous savons" sur l'arsenal nucléaire d'Islamabad. Panetta Leon, Directeur de la Central Intelligence Agency, de même reconnu, dans un discours le 18 mai que les États-Unis ne possèdent pas l'intelligence de localiser toutes les pakistanais du nucléaire, sites liés aux armements. les efforts du Pakistan pour améliorer la sécurité de ses armes nucléaires ont été en cours et comprennent une certaine coopération avec les États-Unis. Depuis 1998 les essais nucléaires pakistanais et indien, la communauté internationale communauté a une attention accrue à la réduction du risque de guerre nucléaire en Asie du Sud. Les deux pays les plus récemment arrivée à bord de la guerre à grande échelle en 1999 et 2002, et, la réalisation de les dangers, ont élaboré des mesures de réduction des risques afin de prévenir nucléaire accidentelle la guerre. Islamabad a également développé ses systèmes de commandement et contrôle et amélioration de la sécurité de militaires et des installations nucléaires civiles. Depuis les révélations de 2004 d'une vaste expérience internationale réseau de prolifération nucléaire dirigé par nucléaire pakistanais Scientifique Abdul Qadeer Khan, Islamabad a fait des efforts supplémentaires pour améliorer les contrôles à l'exportation et de surveiller le personnel nucléaire. Les problèmes de sécurité principal pour l'arsenal nucléaire du Pakistan sont de maintien de l'intégrité de la structure de commandement, d'assurer la sécurité physique et prévention de la prolifération illicite des initiés. Le Pakistan continue de produire des matières fissiles pour les armes et semble augmenter sa installations de production d'armes, ainsi que le déploiement de plus de véhicules de livraison, mesures qui seront permettre à la fois une amélioration quantitative et qualitative de l'arsenal nucléaire d'Islamabad. Armes nucléaires l'énergie nucléaire au Pakistan programme remonte aux années 1950, mais elle a été la perte du Pakistan oriental (Devenu le Bangladesh) dans une guerre sanglante avec l'Inde qui a probablement déclenché une décision politique en Janvier 1972 (un mois plus tard) pour commencer une arme nucléaire secret program.4 Prévenir l'Inde armes nucléaires et d'augmenter Pakistan inférieure forces conventionnelles sont largement croit être les missions primaires de l'arsenal nucléaire d'Islamabad. Les observateurs soulignent en Inde en 1974 "Pacifique" explosion nucléaire comme le pivot moment qui a donné l'urgence supplémentaires pour le programme. Le Pakistan a produit des matières fissiles pour ses armes nucléaires utilisant de l'uranium à gaz à base de centrifugeuse enrichissement technologie, dont elle maîtrisée par le milieu des années 1980. l'uranium hautement enrichi (UHE) est l'un des deux types de matières fissiles utilisées dans les armes nucléaires, l'autre est le plutonium. Le pays usine d'enrichissement principal est une usine de centrifugation situé à Kahuta; Pakistan ont peut- autre enrichissement sites.5 Islamabad acquis la technologie provenant de nombreuses sources. Cette aide importante aurait compris la technologie d'enrichissement d'uranium en provenance d'Europe, des plans pour une petite arme nucléaire en provenance de Chine, et la technologie des missiles en provenance de Chine. Les États-Unis disposaient d'informations au cours des années 1970 et début des années 1980 que le Pakistan a été la poursuite de nucléaires dessins d'armes, 6 mais exactement lorsque le Pakistan a produit un explosif nucléaire viable dispositif n'est pas clair. A 1985 du National Intelligence Council rapport indique que le Pakistan "a sans doute une conception réaliste pour un dispositif explosif nucléaire »et était« sans doute … un an ou deux à l'extérieur d'une capacité de produire suffisamment de "l'uranium hautement enrichi pour un tel dispositif. Un nationale de 1993 du Conseil de sécurité un rapport au Congrès a déclaré que les efforts de l'arme nucléaire d'Islamabad "a culminé avec la possibilité d'assembler rapidement un engin nucléaire, si nécessaire par la fin des années 1980." 7A.Q. Khan a déclaré dans une interview publiée en mai 1998 que Islamabad "atteint" la capacité de faire exploser un tel dispositif "à la fin de 1984." 8 Dans tous les cas, le président Bush n'ait pas certifier en 1990 que le Pakistan n'a pas «posséder un dispositif explosif nucléaire "a conduit à une coupure de l'aide militaire et financière dans le cadre du Amendment.9 Pressler Quand l'Inde a effectué des essais d'armes nucléaires le 12 mai 1998, le gouvernement du Pakistan répondu deux semaines plus tard le 28 mai et le 30 mai avec six essais dans l'ouest du Pakistan. Test rendements étaient sur le 10 kilotonnes et 5 kilotonnes, selon sismiques analysis.10 Les États-Unis États supplémentaires imposées sanctions après les essais, mais ceux-ci ont été levées après les attentats Septembre 11, 2001, terroristes contre les États-Unis. Selon la plupart des publics estimations, le Pakistan a environ 60 armes nucléaires, mais il pourrait avoir plus de 11; une estimation récente du public à partir de deux éminents spécialistes sur le sujet a déclaré que le pays a entre 70 et 90 weapons.12Pakistan nucléaires d 'ogives nucléaires utilisation une conception implosion avec un noyau solide d'environ 15-20 kilogrammes de HEU.13 Islamabad aurait continue à produire l'uranium hautement enrichi pour des armes à un taux d'au moins 100 kilogrammes par year.14 Le Pakistan a également poursuivi des ogives à base de plutonium et continue de produire du plutonium pour armes. Islamabad a reçu de l'aide chinoise et européenne depuis au moins certains de ses programme de plutonium. Les 40-50 mégawatts à eau lourde du réacteur Khushab production de plutonium a été exploitation depuis 1998.15It semble que Islamabad est la construction de deux autres réacteurs à eau lourde, qui va étendre considérablement la capacité du Pakistan production de plutonium, à la même site.16 En outre, le Pakistan a un facility17 de retraitement de l'Institut pakistanais des sciences et de la technologie (PINSTECH) et est apparemment la construction d'autres installations. combustible nucléaire signalé en 2000 que, selon «hauts fonctionnaires du gouvernement américain", Islamabad avait commencé l'exploitation d'une "échelle pilote" usine de retraitement à l'usine nouveaux laboratoires à PINSTECH.18 Pakistan semble également être la construction d'une deuxième usine de retraitement sur le site de 19 et peut-être remplir une installation de retraitement située à la construction Chasma.20 Islamabad de réacteurs nucléaires supplémentaires et l'expansion de ses capacités de retraitement pourrait indiquer des plans pour augmenter et améliorer Pakistan arsenal d'armes nucléaires dans un proche avenir. En effet, Defense Intelligence directeur de l'Agence Michael Maples a déclaré à la Commission des services armés du Sénat le 10 Mars 2009, que «le Pakistan continue de développer son infrastructure nucléaire, développez stocks d'armes nucléaires et de chercher des ogives plus avancés systèmes de livraison. "21Similarly, l'amiral Mullen a confirmé lors de l'audience le 14 mai que les États-Unis ont une« preuve »que le Pakistan est en pleine expansion de son arsenal nucléaire. En réalité, le Pakistan est de gros efforts pour se débarrasser de son manque de puissance aiguë en utilisant son programme nucléaire pour la production d'électricité. Répondant à l'Inde? Pakistanais les fonctionnaires ont indiqué qu'ils ont déjà déterminé la taille de l'arsenal nécessaire pour une minimum de dissuasion nucléaire et qu'ils ne se livrent à une course aux armements avec l'Inde. Néanmoins, Pakistan semble augmenter sa capacité de production de matières fissiles et d'améliorer sa véhicules de livraison afin de se prémunir contre une éventuelle augmentation de l'arsenal nucléaire de l'Inde. Islamabad peut également accélérer ses efforts nucléaires actuelles armes. L'Inde a déclaré qu'elle n'a besoin que d'un "minimum de dissuasion crédible, mais New Delhi n'a jamais défini ce qu'il entend par un tel moyen de dissuasion et a refusé de signer le Traité d'interdiction complète des essais. En outre, à la fois l'accord et associés 2008, la décision par le Groupe des fournisseurs nucléaires d'exempter l'Inde de certains de ses lignes directrices à l'exportation renouvellera l'accès de New Delhi sur le marché international de l'uranium. Cet accès se traduira par de l'uranium Indiens autochtones plus disponibles pour les armes car il ne sera pas consommé par l'Inde nouvellement protégés reactors.22 Les fonctionnaires pakistanais ont déclaré que le gouvernement peut être nécessaire d'augmenter sensiblement son arsenal nucléaire en réponse à d'éventuels plans d'Indiens à faire de même. Selon la télévision en avril 2006 diffusion, les responsables pakistanais de l'autorité du gouvernement de commandement national exprimé une «préoccupation» que l'accord de 2008 nous-Inde de coopération nucléaire pourrait faire pencher la balance stratégique entre Inde et du Pakistan en faveur de l'ancienne. Les officiels ont suggéré que Islamabad peut-être besoin d'augmenter ou d'améliorer son arsenal nucléaire en vue de "répondre à toutes les exigences de la défense crédible minimum la dissuasion. "23 (voir la rubrique" Doctrine nucléaire »pour plus sur le concept de la dissuasion du Pakistan.) De même, le Pakistan Représentant permanent auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) écrit en Juillet 2008 que l'accord pourrait provoquer une course aux armements nucléaires entre le Pakistan et India.24 En outre, un porte-parole ministère des Affaires étrangères a indiqué lors d'une conférence de presse le 21 mai 2009, que, malgré l'opposition que le gouvernement continue à une "course aux armements nucléaires ou classiques en Asie du Sud," Le Pakistan peut avoir besoin d'augmenter son arsenal nucléaire en réponse à indiennes classiques et nucléaires l'expansion des armes. Pour illustrer ce point, un porte-parole pakistanais des Affaires étrangères a réagi à l'Inde Juillet 26, 2009, lancement de son premier indigène construite sous-marin nucléaire en affirmant que "suite l'induction de nouveaux systèmes d'armes létales par l'Inde est préjudiciable à la paix et la stabilité régionales ", ajoutant que «[s] ans l'entrée dans une course aux armements avec l'Inde, le Pakistan prendra toutes les mesures appropriées des mesures pour assurer sa sécurité et maintenir l'équilibre stratégique en Asie du Sud. " Le sous-marin, qui n'a pas encore été déployé, aurait être capable de mener à l'arme nucléaire balistique missiles.25 Si et dans quelle mesure l'expansion actuelle du Pakistan de ses installations nucléaires liées aux armes est une réponse à l'accord américano-indien n'est pas clair, en partie parce que le gouvernement décisions en ce qui concerne ces installations ne sont pas accessibles au public. En plus d'apporter des améliorations qualitatives et quantitatives à son arsenal nucléaire, Pakistan pourrait augmenter le nombre de circonstances dans lesquelles il serait disposé à utiliser des armes nucléaires armes. Par exemple, Peter a fait valoir que Lavoy L'Inde dans ses efforts pour améliorer ses classiques capacités militaires pourrait permettre à la Nouvelle Delhi pour atteindre «supériorité technique» dans l'intelligence, de surveillance, et de reconnaissance, ainsi que la précision de ciblage, en fournissant l'Inde avec «la capacité de repérer de manière efficace et efficiente détruire des objectifs d'importance stratégique dans Pakistan. "26 Islamabad pourrait réagir en abaissant le seuil d'utilisation des armes nucléaires, selon Lavoy. En effet, un porte-parole du ministère pakistanais des Affaires étrangères a averti dans Mai 2009 que Islamabad pourrait prendre cette mesure. (Voir la "Doctrine nucléaire" de l'article.) Néanmoins, Islamabad programme d'armes nucléaires visages apparemment quelques contraintes budgétaires. Maples a déclaré que «le déclin économique sera probablement lente" les progrès du gouvernement dans l'amélioration de ses centrales nucléaires et des forces militaires conventionnelles. En outre, le Pakistan nucléaire armes programme aurait face à «de graves restrictions budgétaires." 27 Les véhicules de livraison Le Pakistan a deux types de vecteurs d'armes nucléaires: les avions contrôlés par le Pakistan Air Force et des missiles surface-surface contrôlée par l'armée pakistanaise. Pakistan pourrait livrer ses armes nucléaires en utilisant F-16 achetés aux États-Unis, à condition que des modifications sont apportées. Il est largement admis que Islamabad a apporté des modifications à le F-16 déjà vendus aux préoccupations them.28Although ont été soulevées au sujet de l'impact de ces ventes sur l'équilibre stratégique en Asie du Sud, 29 du gouvernement américain soutient que la vente de plus de F- 16 au Pakistan ne modifiera pas l'équilibre régional des power.30 Le contrat pour la fourniture d'un supplémentaire 36 appareils a été signé le Septembre 30, 2006, comme cela a été le contrat pour les armes pour ces appareils et un contrat pour effectuer la mise à niveau à mi-vie sur le Pakistan F-16A / B modèle aéronefs. Pakistan F-16 de la flotte sera donc étendu, mais on ne sait pas quelle partie de la flotte sera capable d'une mission nucléaire. Mirage III et V des avions pourrait également être utilisé, même si aurait une portée limitée. A-5 peut avoir été modifié pour transporter un payload.31 nucléaires Après la première épreuve de l'Inde de ses Prithvi balistiques missiles en 1988, le Pakistan relancé son programme de missiles propres et dispose de trois types de missiles balistiques pensé à capacité nucléaire: le combustible solide Hatf-III (Ghaznavi), avec une gamme d'environ 400 kilomètres; le combustible solide Hatf-IV (Shaheen), avec une gamme de plus de 450 kilometers32, et le carburant liquide Hatf-V (Ghauri), avec une gamme approximative de près de 1.300 kilometers.33 34Le à combustible solide Hatf-VI (Shaheen-2) de missiles, une fois déployé, sera "capable d'atteindre les objectifs sur 2.000 kilomètres ", a déclaré Maples Mars 10,35 ajoutant que Islamabad a fait des" progrès significatifs "sur le missile. A 2009 National Air and Space Center Intelligence rapport semble l'appui de cette conclusion, affirmant que le missile "probablement seront bientôt déployés. Islamabad continue à effectuer des essais de missiles balistiques, mais avertit l'Inde dans l'avance conformément à un missile bilatéraux Octobre 2005 pré-notification pact.36 Maples a également indiqué que le Pakistan est en développement des missiles de croisière capables nucléaires; le Babur (Groundlaunched) et le Ra'ad (lancés par air), qui tous deux ont estimé varie de 320 kilometers.37 Nucléaire Doctrine Pakistan nucléaire doctrine serait donc essentiellement tourner autour de l'option de première frappe. En d'autres termes Pakistan s'engage à utiliser les armes nucléaires en cas d'attaque par l'Inde, même si l'attaque est avec des armes conventionnelles. Avec son expérience américaine d'un diplôme d'intervention nucléaire professeur Stephen Cohen P. estime que le Pakistan utiliser ce qu'il appelle une «option d'amélioration politique «pour une utilisation possible d'armes nucléaires. Cela suppose une approche étape par étape, dans laquelle la menace nucléaire est augmenté à chaque étape de dissuader l'Inde de l'attaque. La première étape pourrait être une public ou privé d'alerte, la deuxième explosion d'une démonstration d'une arme nucléaire de faible puissance sur son propre sol, la troisième étape serait l'utilisation de quelques armes nucléaires sur son propre sol contre l'attaque des Indiens forces. La quatrième étape serait utilisé contre des cibles purement militaires, mais en Inde à travers la frontière du Pakistan. Probablement dans des zones faiblement peuplées dans le désert ou semi-désertique, à l'origine moins de dommages collatéraux. Cela peut éviter des représailles contre les villes indiennes au Pakistan. Certains systèmes d'armes serait en réserve pour le rôle de contre-valeur. Ces armes seraient à l'abri des attaques des Indiens comme certains seraient air tandis que les au sol en fonction sont mobiles et peuvent être déplacés à travers le pays. Avec une certaine expérience et le passage du temps un degré de sophistication sera certainement mis en place dans la doctrine nucléaire du Pakistan de la première utilisation des armes nucléaires à fournir des options plus le gouvernement dans l'utilisation des armes nucléaires. Cela éviterait aussi inessentiel dommages collatéraux aux villes et autres centres de population dans les deux pays. Le but serait d'employer des armes nucléaires en cas d'attaque encore provoquer des victimes civiles au moins et de dommages à l'infrastructure. Il doit être apprécié que d'un dispositif nucléaire n'est pas une arme avec une puissance de feu accrue. Il est en fait une arme de destruction massive et un système entièrement nouveau, exigeant de nouvelles règles de commandement, de contrôle, communications, de déploiement et d'engagement. Il est évident que le contrôle de cette arme dévastatrice doit reposer fermement dans les mains de la plus haute autorité politique dans le pays. Dans notre cas, le Premier Ministre. Il est prévu que la décision du Premier ministre serait fondée sur une discussion plus tôt dans le Cabinet fédéral, de la grave situation dans le pays en vertu d'un conflit armé avec L'Inde ou le danger d'un tel conflit. La question aurait également été examinée par la Commission de défense du cabinet qui est responsable de la défense et la sécurité du pays. Bien que La décision de recourir à l'option nucléaire est celle du gouvernement. Pourtant, il doit être décidé d'avance à quel moment et à qui aurait le pouvoir d'utiliser des armes nucléaires être déléguée à une situation de crise. Inde, notre ennemi potentiel a la supériorité numérique des forces classiques et aurait l'avantage de l'initiative comme un agresseur, le temps serait donc de l'essence au défenseur des numériques infériorité. Délégation de compétence à utiliser l'option nucléaire est donc indispensable. Il peut éventuellement être accordée au commandant des forces sur le terrain dans des circonstances déterminées en fonction de le cours et la direction dans laquelle la bataille se déroule à notre désavantage éventuel. Rapide et sécurisé des communications est un autre facteur essentiel dans un environnement nucléaire. Communications du Premier ministre et son équipe de sécurité grâce à la plus courte chaîne de commandement de la zone de lancement effectif de l'arme nucléaire doit être sûr en tout temps. Comme un ultime principe de précaution il ya lieu de présumer la délégation de pouvoirs dans les cas où le siège du gouvernement a été totalement ou partiellement détruites et rendu inefficace par frappe nucléaire de l'ennemi. Ce serait également être applicable lorsque le quartier général supérieur militaire a été assommé et cesse de fonctionner efficacement, de façon temporaire ou permanente. La collecte de renseignements gagnerait une importance accrue dans un environnement nucléaire. Il serait essentiel d'avoir exactes, à jour et des renseignements opportuns sur des troupes supplémentaires, notre ennemi potentiel, les aéronefs et les déploiements de navires et leurs intentions probables. Ses préparatifs pour une première frappe nucléaire doit être connue au plus tôt. Pour la conduite quotidienne de la guerre, il peut être opportun d'avoir un petit Comité au titre du Premier ministre avec les ministres de la Défense et des Affaires étrangères en tant que membres ainsi que le président du Joint Chiefs of Staff Committee. Le secrétaire agit comme secrétaire de la Défense de la commission. En dernière analyse, il est possible que le premier ministre pour représenter la volonté politique de la nation et le président du Joint Chiefs of Staff Committee, représentant le points de vue et recommandations des trois services seraient travaillent ensemble pour fournir le bon sens à l'effort de guerre. Il est suggéré que l'armée de l'air de la Défense commandes sur une base géographique appropriée augmentée devraient être chargés de rechercher, identifier et détruire les missiles ennemis entrants et de lancer nos propres armes nucléaires. Deux commandes de la défense aérienne devrait contrôle nucléaire armes sur nos frontières de l'Est, avec la ligne de démarcation à Bahawalpur. En désignant un quartier général de contrôle et de lancer des armes nucléaires, l'unité de commandement et de sécurité de lancement est maintenu. Là serait donc un officier de rang trois étoiles en prenant ses ordres du général Siège (GHQ), à moins qu'il n'ait été déléguée à un corps menacé dans une situation de crise. Le le gouvernement doit décider avant la main quand et à quel stade d'un conflit militaire avec l'Inde, il serait forcé d'employer l'option nucléaire. Le seuil doit être claire et sans ambiguïté. Pour utiliser le moderne Jargon, la ligne du bas doit être clairement définies afin d'éviter une erreur de calcul. Pour éviter une guerre nucléaire par erreur, une mésaventure ou d'une erreur de calcul, la confiance de certains mesures de renforcement devra être prises d'urgence. En raison d'un nombre beaucoup plus restreint d'armes nucléaires qui pourraient être mis à jour en Asie du Sud par rapport à des puissances nucléaires, un commande élaborer et structure de contrôle ne serait pas nécessaire. Le coût serait donc modestes. Elle est estimée à dans la région de 150 à 200 millions de roupies par an, pour la prochaine cinq ans au moins. En ce qui concerne le coût des armes nucléaires et de leurs vecteurs, cela dépend de la perception de chaque pays et l'exigence d'un minimum de dissuasion nucléaire. Selon Amit Gupta dans le Armed Forces Journal de Septembre 1998, de nombreux analystes conviennent que l'Inde a besoin de 100 à 150 armes nucléaires comme un moyen de dissuasion contre la Chine et le Pakistan comme un minimum. Les estimations coût serait 714 millions de dollars par an pour les 10 prochaines années. Au Pakistan, une dissuasion minimum pourrait se situer entre 30 à 50 armes nucléaires. Gen Mirza Aslam Beg calcule le coût d'être dans la gamme de 250 millions de dollars. Dans un environnement nucléaire, un état-major interarmées avec l'AC responsabilité supplémentaire serait indispensable. Sous une nouvelle centrale nucléaire de commande pourrait être créé pour contrôler et coordonner tous les efforts nucléaires dans le pays. Instructions aux services AC serait passer à travers cette nouvelle commande pour plus de clarté et de sécurité. C'est l'avis de certains experts qui ont réalisé le statut nucléaire de l'Inde et le Pakistan devraient revenir à l'ère pré-test nucléaire de l'ambiguïté à l'égard de la réponse nucléaire dans un conflit armé. En d'autres termes la doctrine elle-même devrait fournir des d'autres réponses et de laisser à l'imagination de créer une certaine incertitude et de doute dans l'esprit des agresseurs. Cela forcerait la prudence et un peu de retard, sans doute réflexion, résultant en un plan de prévention de conflit. Quand tout est dit et fait ce doit être la préoccupation de l'Inde et le Pakistan pour éviter un futur conflit armé. La possession d'armes nucléaires devraient être utilisés pour prévenir la guerre et ramener la paix dans la région. Le Premier ministre du Pakistan est déterminé à réduire les tensions dans les relations Indo-Pak et de résoudre tous les différends avec l'Inde par des moyens pacifiques. L'Inde a fait un pas en avant dans la diplomatie de bus qui doit être réciproque dans la pleine mesure au bénéfice de la population de l'Asie du Sud. doctrine stratégique du Pakistan est noir, et sera probablement le rester, mais les responsables de premier plan et les analystes ont donné un aperçu sur ses tenets.38 de base décrivant le principe directeur comme minimale crédible la dissuasion nucléaire, des déclarations de hauts fonctionnaires «point à quatre politiques objectifs pour les armes nucléaires d'Islamabad: dissuader toute forme d'agression extérieure; décourager par le biais une combinaison de forces conventionnelles et stratégiques; dissuader les contrepoids des stratégies en assurant actifs stratégiques et menace de représailles nucléaires, et de stabiliser la dissuasion stratégique dans le Sud fonctionnaires Asia.39 pakistanais ont également indiqué que cette posture nucléaire vise à préserver l'intégrité territoriale contre les attaques des Indiens, empêcher l'escalade militaire, et contre son principal rival de classiques superiority.40 Le Pakistan a promis de non-recours en premier à l'encontre des non dotés d'armes nucléaires Etats, mais n'a pas exclu firstuse contre un agresseur de l'arme nucléaire, tels que India.41 Certains analystes disent cette ambiguïté sert à maintenir la dissuasion contre la supériorité conventionnelle de l'Inde, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a déclaré le 21 mai que «il ya des acquisitions d'armements sophistiqués par notre voisin qui déranger l'équilibre classique entre nos deux pays et, partant, réduire le nucléaire seuil. "D'autres analystes font valoir que le maintien de la première option d'utilisation contre New Delhi permet Islamabad à mener des opérations sous-conventionnelles, comme le soutien aux conflits de faible intensité ou guerre par procuration au Cachemire, alors effectivement dissuader l'Inde à la level.42 stratégique du Pakistan a questions auraient adressé des chances de survie grâce à la poursuite d'une capacité de seconde frappe, peut-être bâtiment dur et profondément enfouis de stockage et de lancement installations, le déploiement de missiles mobile sur route, le déploiement de défenses anti-aériennes autour des sites stratégiques, et en utilisant la dissimulation measures.43 Commandement et de contrôle commande du Pakistan et le contrôle de ses armes nucléaires est compartimenté et inclut stricte de la sécurité opérationnelle. Le commande du gouvernement et du système de contrôle est basé sur "C4I2SR" (commandement, contrôle, communication, informatique, renseignement, information, surveillance et reconnaissance). Islamabad Strategic Command organisation a une structure à trois niveaux, composé de l'Autorité nationale de commandement (NCA), les plans stratégiques de la division (SPD), et les Forces commandements stratégiques. Le NCA, créée en 2000, supervise les fonctions et l'administration de tous Pakistan organisations impliquées dans la recherche d'armes nucléaires, le développement et l'emploi, aussi bien que les services militaires qui exploitent les forces.44 stratégique du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, est présidente de l'NCA.45 La NCA comprend également le président du Joint Chiefs of personnel, les ministres de la Défense, l'Intérieur et des Finances, le Directeur général du SPD, et la Commandants de l'Armée de terre Armée de l'Air, et la Marine. L'autorité finale de lancer une attaque nucléaire requiert un consensus au sein de l'ANC, le président doit le vote final. L'ANC est composé de deux comités, le Comité de contrôle de l'emploi (ECC) et le développement Comité de contrôle (CDC), dont chacun comprend un mélange de responsables civils et militaires. Le fonctions ECC comprennent l'établissement d'un système de commandement et de contrôle sur l'utilisation du nucléaire armes. La CDC "exercices techniques, financières et contrôle administratif sur tous les stratégiques organisations, y compris les laboratoires nationaux de recherche et développement des organisations associés à la développement et la modernisation des armes nucléaires »46. Le SPD est dirigé par un directeur général de l'armée et assure le secrétariat de la NCA. Le SPD fonctions comprennent la formulation de la politique nucléaire d'Islamabad, la stratégie et la doctrine; le développement du nucléaire en chaîne de commandement, et à formuler des plans opérationnels à le niveau de service pour le mouvement, le déploiement et l'utilisation des armes nucléaires. L'Armée, la Force aérienne et la Marine ont chacun leur propre commandement des forces stratégiques, opérationnels, mais planification et de contrôle reste avec l'ANC. Le SPD coordonne les plans opérationnels avec les commandes des forces stratégiques. Selon actuels et anciens responsables pakistanais, Islamabad emploie un système qui exige qu'au moins deux, et peut-être trois, les gens d'authentifier les codes de lancement d'armes nucléaires. 47 Sur Décembre 13, 2007, alors président Musharraf a officialisé ces pouvoirs et la structure en le «National Command Authority ordonnance, 2007." 48 L'ANC a été créé par ordre administratif, mais il a maintenant une base juridique. Les analystes soulignent que le calendrier de cette ordonnance avait pour but d'aider le commandement et le contrôle des transitions politiques et des systèmes météorologiques potentiellement préserver un fort contrôle de l'armée sur le système. L'ordonnance porte également sur les problèmes de la prolifération de l'expertise nucléaire et la fiabilité du personnel. Il décrit punissable infractions liées à la violation de la confidentialité ou de fuite "d'information sécurisé,« donne l'autorité d'enquêter SPD conduite suspecte, stipule que la peine pour ces infractions peuvent être jusqu'à à 25 ans d'emprisonnement et s'applique à la fois actifs et retraités du personnel, y compris le personnel militaire, nonobstant toute autre loi. En conséquence, les autorités pakistanaises disent que l'ordonnance doivent renforcer leur contrôle sur les organisations stratégiques et de leur personnel. Les préoccupations de sécurité Selon une 2001 Ministère du rapport de la défense, les armes nucléaires d'Islamabad "sont probablement stockée sous forme de composants, "49 ce qui suggère que les têtes nucléaires sont stockées séparément de la livraison véhicules. Selon certains rapports, les noyaux fissiles des armes sont séparés de la non-nucléaires explosives.50 Mais si c'est effectivement le cas n'est pas clair; Un rapport indique que les ogives et les véhicules de livraison sont probablement stockés séparément dans des installations près de l'autre, mais ne dit rien sur la fissiles cores.51 Et, selon un compte rendu de la visite du groupe d'experts a 2008 à Pakistan, le lieutenant général Khalid Kidwai, le chef du SPD, a suggéré que les ogives nucléaires (contenant les noyaux fissiles) peuvent être accouplés à leur livraison vehicles.52 Selon Kidwai, le dit le rapport, la position officielle du SPD est que les armes "sera prêt en cas de besoin, le plus bref délai; la doctrine pakistanaise n'est pas approuvant un modèle américano-soviétiques avec des armes état d'alerte maximale. "Le rapport de 2001 Département de la Défense affirme que le Pakistan ne peut sans doute assembler ses armes assez quickly.53 Il garantit mentionner que, bien que distincts de stockage peut prévoir une couche de protection contre les lancement accidentel ou prévenir le vol d'une arme montée, il peut être plus facile pour les non autorisée personnes pour supprimer fissiles une arme de base de la matière si elle n'est pas montée. La dispersion des actifs peut également créer des points d'accès plus de potentiel pour l'acquisition et peut augmenter le risque de diversion.54 Comme les Etats-Unis prêts à lancer une attaque contre les Talibans afghans après le 11 Septembre, 2001, le président Musharraf aurait ordonné que l'arsenal nucléaire du Pakistan être réaffecté à «au moins six secret de nouveaux endroits." 55 Cette action intervient à un moment d'incertitude sur l'avenir de la région, y compris la direction des relations américano-pakistanaise. leadership d'Islamabad n'était pas certain que les Etats-Unis décident de mener des frappes militaires contre des actifs nucléaires du Pakistan, si le gouvernement n'a pas aidé les États-Unis contre les talibans. En effet, le président Musharraf a cité la protection des actifs nucléaires et de missiles au Pakistan comme l'une des raisons de politique dramatique d'Islamabad shift.56 Ces événements, en combinaison avec la crise de 1999 de Kargil, le conflit 2002 avec l'Inde à la ligne de contrôle, et les révélations sur le réseau AQ Khan prolifération, inspiré une variété de réformes visant à garantir le complexe nucléaire. Risque de guerre nucléaire en Asie du Sud s'est élevée en 1999 crise de Kargil, où l'armée pakistanaise est censé avoir commencé à préparer à tête nucléaire missiles.57It convient de noter que, même à des niveaux élevés d'alerte de 2001 et 2002, il n'y avait pas rapports de l'accouplement du Pakistan avec les têtes de livraison systems.58 À l'automne 2007 et début 2008, certains observateurs dits préoccupés par la sécurité de la pays Arsenal, si l'instabilité politique ont été à persist.59Former Premier ministre Benazir Bhutto a déclaré dans une interview Novembre 5, 2007, que, bien que puis-président Musharraf revendiquée d'être en un contrôle rigoureux de l'arsenal nucléaire, elle craignait ce contrôle pourrait affaiblir en raison de l'instabilité dans la country.60Similarly, Michael Krepon de le Henry L. Stimson Center a fait valoir qu '«une période prolongée de turbulences et des luttes intestines entre le Président du pays, le Premier ministre et chef de l'armée "pourrait mettre en péril l'armée de l'unité de commandement, qui est essentielle pour le nucléaire de sécurité. "61During ce moment-là, les responsables militaires américains a également exprimé sa préoccupation quant à la sécurité des Pakistan nucléaires weapons.62 directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Mohamed ElBaradei, a également exprimé la crainte qu'un régime radical pourrait prendre le pouvoir dans Pakistan, et ainsi acquérir des armes nucléaires weapons.63 experts craignent également que si les armes nucléaires sont actuellement sous le contrôle de l'entreprise, avec des ogives démontées, technologie pourrait être vendue par initiés au cours d'une aggravation crisis.64 Toutefois, les responsables du renseignement américain ont exprimé une plus grande confiance en ce qui concerne la sécurité des armes nucléaires d'Islamabad. Secrétaire d'Etat adjoint John D. Negroponte, en témoignage de Congrès sur 7 Novembre, 2007 ont dit qu'il croyait qu'il ya "beaucoup de planification de la relève qui se passe dans l'armée pakistanaise» et que les armes nucléaires du Pakistan sont sous «contrôle technique efficace." 65 De même, Donald Kerr, Principal directeur adjoint du renseignement national, a déclaré à un auditoire à Washington le 29 mai 2008, que le contrôle de l'armée pakistanaise de l'arme nucléaire est "une bonne chose parce que c'est une institution au Pakistan qui a, en effet, de nombreux résisté à des changements politiques au cours des années. "Une porte-parole du ministère de la Défense a déclaré Décembre 9, 2008, que Washington a" pas de raison à ce stade avoir aucune inquiétude en ce qui concerne la «sécurité de l'arsenal nucléaire d'Islamabad. Plus récemment, Maples a indiqué Mars 10, 2009, que Islamabad" a pris des mesures importantes la sauvegarde de ses armes nucléaires ", mais il a souligné que« les vulnérabilités existent. " D'autres gouvernements ont également exprimé leur avis quant à la sécurité du Pakistan arsenal nucléaire. Par exemple, les Indiens de la sécurité nationale MK Narayanan conseiller a déclaré que l'arsenal est sûr et a des contrôles suffisants et balances.66Similarly, Secrétaire d'État aux Affaires étrangères et du Commonwealth Affaires David Miliband a déclaré au Charlie Rose Show Décembre 15, 2008, que les armes nucléaires du Islamabad "sont sous les verrous assez proche et la clé. "vice-Premier ministre russe Sergueï Ivanov, Toutefois, résonnait un peu moins optimiste dans une interview télévisée 24 Mars 2009,, indiquant que Moscou est "très préoccupé" par la sécurité du Pakistan arsenal.67 Des responsables pakistanais ont toujours exprimé sa confiance dans la sécurité de la pays nucléaires arsenal. Puis-président Musharraf a déclaré en Novembre 2007 que les armes nucléaires du Pakistan sont sous la rubrique «total des contrôles de détention." 68 Plus récemment, le président Asif Ali Zardari a déclaré à CNN Décembre 2, 2008, que le commandement nucléaire du pays et le système de contrôle "qui fonctionne bien." En outre, une Porte-parole du ministère pakistanais des Affaires étrangères a déclaré le 21 mai 2009, qu '«il n'ya tout simplement aucune question de nos actifs stratégiques de tomber dans de mauvaises mains. Nous avons pleinement confiance dans nos procédures, les mécanismes et les systèmes de commandement et de contrôle. " En plus des scénarios ci-dessus, la sécurité des armes nucléaires du Pakistan pourrait également être compromise par un autre conflit entre l'Inde et le Pakistan, a fait valoir Michael Krepon, expliquant qu'une guerre "avec l'escalade nucléaire forces dans le domaine augmenterait la probabilité de les accidents, les erreurs de calcul, et l'utilisation des armes nucléaires. "C'est parce que [W tensions] orsque hausse vertigineuse avec l'Inde, le niveau de préparation du Pakistan nucléaire dissuasif augmente également. Parce que les coordonnées géographiques du Pakistan principale arme nucléaire stockage sites, des missiles, et les bases de l'air peuvent être facilement identifiés à partir de satellites et donc ciblées par des forces opposées, les préceptes du mandat de la dissuasion des circulation des les lanceurs et les armes à partir d'emplacements fixes pendant les crises. Les armes nucléaires sont en mouvement intrinsèquement moins sûrs que les armes nucléaires fortement surveillé sites de stockage. Les armes et lanceurs en mouvement sont également plus sensibles aux "initiés" menaces et accidents.69 Une telle guerre, Krepon ajouté, serait stress lieu également sur l'unité de l'armée de commandement. Krepon a a également souligné que Islamabad face à un dilemme, parce que moins dispersés armes nucléaires peuvent être plus vulnérables à une grève le désarmement militaire de India.70 Assistance américains et pakistanais de la sécurité nucléaire Plans américains pour sécuriser Pakistanais d'armes nucléaires en cas de perte de contrôle par le Pakistan gouvernement ont été abordées au cours de célèbre secrétaire d'Etat Condoleezza Rice de confirmation audition en Janvier 2005. En réponse à une question du sénateur John Kerry se demandant ce qui produire des armes nucléaires du Pakistan dans le cas d'un coup d'Etat islamique radical à Islamabad, Secrétaire Rice répondit: «Nous avons constaté ce problème, et nous sommes prêts à essayer de régler elle. "71 En Novembre 12, 2007, répondant aux rapports de presse au sujet de cette éventualité, Le Pakistan Porte-parole du Foreign Office a déclaré: «Le Pakistan possède les capacités de rétorsion de défendre ses actifs stratégiques et de souveraineté », soulignant que les armes nucléaires d'Islamabad ont été sous la rubrique «forte multi-couches, institutionnalisé de prise de décision, organisation, questions administratives et structures de commandement et de contrôle depuis 1998. "72La question de la contingence des États-Unis envisage de prendre plus actifs stratégiques pakistanais a été soulevée à nouveau dans la presse suite à l'assassinat de Benazir Bhutto, et a été accueillie avec des assurances similaires par Pakistan government.73 Plus récemment, un porte-parole du Foreign Office du Pakistan, en réponse à un rapport détaillant les allégations discussions américano-pakistanaises concernant les plans d'urgence pour les forces américaines pour sécuriser les armes nucléaires d'Islamabad, a déclaré Novembre 8, 2009, que le Pakistan "ne nécessite pas l'aide étrangère à cet égard." Pakistan ne sera jamais "permettre à tout pays d'avoir accès directement ou indirectement à ses installations nucléaires et stratégiques», a déclaré le porte-parole, ajoutant que "pas de négociations ont déjà eu lieu sur la question de la la sécurité de l'arsenal nucléaire du Pakistan avec des responsables américains. "74 des États-Unis Ambassadeur au Pakistan, Anne Patterson, a déclaré le même jour que les Etats-Unis "n'a pas intention de saisir les armes nucléaires pakistanaises ou de matériel. " Les États-Unis auraient offert de l'aide au Pakistan de sécurité nucléaire, peu après Septembre 11, 2001,75 aide américaine à Islamabad, qui doit être conforme aux lignes directrices de la non-prolifération, aurait inclus le partage des meilleures pratiques et mesures techniques pour empêcher non autorisée ou l'utilisation accidentelle de l'arme nucléaire, ainsi que contribuer à la sécurité physique des installations de stockage et de personnel reliability.76 Certains rapports de presse disent que les États-Unis à condition Pakistan Permissive Action Links (PPA) en 2003, bien que l'ancien Pakistan Les responsables militaires ont dit que le Pakistan a développé pour ses têtes PAL sans assistance.77 PAL besoin d'un code à saisir avant une arme peut être déclenchée. Comme indiqué plus haut, Islamabad emploie un système exigeant qu'au moins deux, et peut-être trois, les gens authentifier codes de lancement pour le nucléaire weapons.78 de sécurité sur les sites nucléaires d'Islamabad est la responsabilité d'un 10.000 – membres des forces de sécurité, commandée par un général à deux étoiles. Ancien secrétaire d'Etat adjoint Richard Armitage a confirmé dans une Novembre 2007 Interview qu'il ya eu une aide des États-Unis dans ce domaine, expliquant que les États-Unis est peu probable intervenir militairement en cas de crise au Pakistan parce que «nous avons passé beaucoup de temps avec les Pakistanais militaires, de parler avec eux et travailler avec eux sur la sécurité de leurs nucléaire armes. Je pense que la plupart des observateurs disent qu'ils sont relativement sûrs. Ils ont assez sophistiqué des mécanismes pour protéger la sécurité de ceux-là. "79 Rolf Mowatt-Larssen, ancien directeur du Bureau du renseignement et de contre-espionnage du département américain de l'Énergie, fait en mai 2009 que "il n'y a pas beaucoup de transparence dans le« comment Islamabad passe aux États-Unis fonds, mais il a néanmoins les caractérisait que "l'argent bien dépensé." 80 un responsable pakistanais a déclaré en Novembre 2009 que les réserves du Pakistan le droit de «choisir» de la sécurité nucléaire les mesures qu'il compte entreprendre, ajoutant que Islamabad n'accepte que de telles mesures qui ne sont "non intrusive." 81 La mesure dans laquelle le Pakistan a échangé des informations sur son arsenal nucléaire avec les Nations Unies États n'est pas claire. Bien que, comme l'a noté, l'ancien président Musharraf a reconnu Islamabad le partage de certaines informations, le général Tariq Majid, président de la commune du Pakistan Chefs d'état-major Comité, a déclaré Novembre 9, 2009, qu '«il n'est absolument pas question de partage ou de permettre toute personne étrangère, une entité ou d'un État, tout accès à des informations sensibles sur nos nucléaire actifs. "82 Le gouvernement américain a également été offert son aide pour obtenir ou détruire radioactifs matériaux qui pourraient être utilisés pour mettre un dispositif de dispersion radioactive, et d'expédier hautement enrichi uranium utilisé dans le civil pakistanais secteur nucléaire de la réponse du Pakistan à country.83 ces propositions n'est pas claire. Il est à noter que, selon certains observateurs, a passé carburant à partir de Karachi au Pakistan et plantes Chasma l'énergie nucléaire pourrait être vulnérable au vol ou à des responsables pakistanais ont attack.84 exprimé sa confiance dans la sécurité de ses installations, however.85 et de l'Ouest aux préoccupations américaines sur la prolifération Beaucoup observateurs craignent que d'autres Etats ou des organisations terroristes pourraient obtenir du matériel ou expertise liées aux armes nucléaires de Pakistan.86 début des années 1970, le Pakistan utilisés réseaux d'approvisionnement clandestins à développer son programme d'armes nucléaires. Ancien pakistanais nucléaires officielles AQ Khan utilisé par la suite un réseau similaire de fournir la Libye, la Corée du Nord, et de l'Iran avec des matériaux liés à l'uranium enrichment.87 Al-Qaïda a également sollicité l'assistance du réseau Khan. Selon à l'ancien directeur de Central Intelligence George Tenet, les Etats-Unis "a reçu des informations fragmentaires à partir d'un service de renseignement "que dans 1998 Oussama Ben Laden avait «envoyé des émissaires à établir des contacts" avec les autres sources network.88 pakistanaise pourrait également fournir des matières nucléaires pour terroristes organisations. Selon un rapport publié en 2005 par la Commission sur les capacités du renseignement des les États-Unis en matière d'armes de destruction massive, al-Qaida »avait établi le contact avec scientifiques pakistanais qui ont discuté du développement de dispositifs nucléaires qui exigerait-hardto obtenir des matériaux comme l'uranium pour créer une explosion nucléaire. "89 Tenet, explique que ces scientifiques étaient affiliés à une organisation différente de celle du réseau Khan. L'état actuel du réseau d'exportation du Pakistan nucléaire n'est pas claire, bien que la plupart des officiels des États-Unis rapports indiquent que, à tout le moins, il a été endommagé considérablement. Directeur du National Intelligence John D. Negroponte a laissé entendre que le réseau avait été démantelé, lorsqu'il a affirmé dans a Janvier 11, 2007, déclaration à la commission du Sénat sur le renseignement que «le Pakistan avait été une source majeure de la prolifération nucléaire jusqu'à ce que la perturbation de l'AQ réseau Khan. "90 Plus récemment, une Janvier 12, 2009, communiqué de presse du Département d'État a déclaré que le réseau "n'est pas plus d'exploitation. "Pour sa part, le Pakistan a des Affaires étrangères a déclaré Février 7, 2009, que le Pakistan "A démantelé le réseau de marché noir du nucléaire." Interrogé lors d'une entrevue Juillet 20, 2009, si La Corée du Nord a été le transfert des «armes nucléaires» ou des conseils relatifs à la Corée du Nord, Secrétaire d'État Hillary Clinton a répondu qu'il n'y a «aucune preuve» que le Pakistan est de le faire. Toutefois, lorsqu'on les interroge sur l'état actuel du réseau au cours d'une Juillet 25, 2007, affaires étrangères du Sénat Comité des relations audience, sous-secrétaire pour les Affaires politiques, Nicholas Burns, a répondu que: Je ne peux pas affirmer qu'aucune partie du réseau qui existe, mais c'est ma compréhension basée sur notre conversations avec les Pakistanais que le réseau a été démantelé fondamentalement. Mais à-dire qu'il n'y a pas d'éléments au Pakistan, je ne suis pas sûr que je pourrais le dire. De même, basé à Londres, International Institute for Strategic Studies dans En mai 2007, rapport que «au moins certains des associés Khan semble avoir échappé à l'attention application de la loi et pourrait … reprendre leurs activités au marché noir. "91 Interrogé sur la coopération du Pakistan pour enquêter sur le réseau, Burns a reconnu que la Uni États n'a pas eu "personnels, un accès cohérent" de Khan, mais il a ajouté qu'il n'avait pas "ont tous les détails de tout ce que nous avons fait. "De même, l'AIEA n'a pas encore été en mesure d'interroger Khan directement, selon une agence officielle. Toutefois, Islamabad a réagi à l'écrit questions de l'AIEA et a fait preuve de coopération à l'enquête de l'Agence de l'Iran nucléaires program.92 Khan se dit Dawn TV peut Nouvelles 29, 2008, qu'il ne voulait pas coopérer États-Unis ou les enquêteurs de l'AIEA. Un porte-parole pakistanais des Affaires étrangères a déclaré en mai 2006 que le gouvernement a examiné l'enquête Khan "fermée", une position un porte-parole Office réitéré Février 6, 2009. Le département d'Etat a annoncé Janvier 12, 2009, qu'il était d'imposer des sanctions le 13 individus et trois sociétés pour leur implication dans le réseau Khan. Les sanctions ont été imposée en vertu de la Loi sur la Export-Import Bank, la prolifération nucléaire Loi sur la prévention, et Exécutif Les commandes 12938 et 13382. Réponse du Pakistan au sujet des États-Unis et de l'Ouest préoccupations Sous-Burns a témoigné en Juillet 2007 que l'administration Bush a "dit le Pakistan gouvernement qu'il est de sa responsabilité … pour s'assurer que ni le réseau Khan, ni une "Similaires organisation »refait surface dans le pays. Depuis les révélations sur le réseau Khan, Pakistan semble avoir augmenté ses efforts pour prévenir la prolifération nucléaire. Mais si et dans Dans quelle mesure ces efforts ont été couronnés de succès n'est pas encore clair. Il est à noter que, en raison Khan a mené son activités de prolifération en tant que fonctionnaire du gouvernement, ils ne sont pas nécessairement indiquer une défaillance des contrôles à l'exportation d'Islamabad. Des responsables pakistanais affirment que Islamabad a pris un certain nombre de mesures pour prévenir d'autres prolifération des technologies liées au nucléaire et materials.93 Par exemple, Islamabad a adopté en Septembre 2004 une nouvelle législation sur le contrôle des exportations nationales, qui comprend une exigence selon laquelle le le contrôle du gouvernement problème des listes pour les «biens, technologies, matériaux et appareils qui peuvent contribuer à la conception, le développement, le stockage, [et] l'usage »des armes nucléaires et connexes systèmes de prestation. Selon un Février 2008 Présentation par Zafar Ali, directeur Pakistan's Stratégique du contrôle des exportations (SECDIV), 94 listes, qui ont été émis en Octobre 2005 et doivent être périodiquement mis à jour, notamment les articles contrôlés par les régimes multilatéraux de contrôle des exportations, tels que le Groupe des fournisseurs nucléaires, le Groupe de l'Australie, et le Missile Technology Control Regime.95 Les contrôles à l'exportation loi contient aussi un fourre-tout clause, qui oblige les exportateurs à informer le gouvernement que s'ils connaissent ou soupçonnent que des marchandises ou technologies sont destinées par l'utilisateur final pour une utilisation dans des armes nucléaires ou biologiques, ou de missiles capables de prestation de ces weapons.96 Le projet de loi comprend plusieurs autres éléments importants, tels que l'utilisation finale et l'utilisateur final certificat exigences et de nouvelles peines pour les contrevenants. Depuis son adoption, le Pakistan a a créé le SECDIV et un associé Oversight Board. Le SECDIV est responsable de la formulation de règles et règlements d'application de la législation. Le conseil est composé de représentants de plusieurs organismes et est dirigé par pakistanais des Affaires étrangères Secrétaire. Islamabad dit qu'il a également pris plusieurs autres mesures pour améliorer la sécurité nucléaire. Pour Par exemple, le gouvernement a annoncé en Juin 2007 qu'il est «la mise en œuvre de la sécurité nationale Action Plan avec l'aide de] l'AIEA ['s. Le même mois, le Pakistan a également rejoint le US et Dirigée par la Russie Initiative globale pour combattre le terrorisme nucléaire. Comme indiqué plus haut, le Décembre 2007 National Command Authority ordonnance prévoit également des mesures pour prévenir la propagation des matériaux nuclearrelated et d'expertise. Des responsables pakistanais participant à un avril 2007 Partenariat pour la sécurité mondiale atelier a fait valoir que Islamabad a amélioré la fiabilité de son personnel nucléaire, par exemple, procédures de prise de contrôle de sécurité plus strictes. Toutefois, les fonctionnaires ont également reconnu que Islamabad doit encore faire davantage pour contrôler sa expertise.97 nucléaires De même, l'amiral Mullen a déclaré le 14 mai 2009, que le pays la fiabilité du système du personnel doit "continuer à s'améliorer." Les États-Unis a également fourni une assistance de contrôle des exportations vers le Pakistan. Burns décrit plusieurs de ces efforts dans Juillet 2007 sa testimony.98 et selon un Octobre 2007 US Gouvernement rapport Accountability Office, Islamabad a été au cours de l'exercice 2003, l'exercice 2006 le deuxième bénéficiaire en importance de l'aide bilatérale des États-Unis visant à améliorer le contrôle des exportations des pays cibles. Le Pakistan a reçu une telle aide des ministères de l'État, de l'énergie, et Security.99 intérieure Sous-secrétaire du Etat pour le contrôle des armements et la sécurité internationale Tauscher Ellen-Désigner a déclaré à la commission des Affaires étrangères du Sénat que l'administration Obama ne prend pas en charge conditionnement aide au Pakistan en matière de permis d'accès direct des États-Unis à Khan, en faisant valoir, en partie, que le États-Unis ont «obtenu beaucoup d'informations sur le réseau Khan, sans avoir accès direct à AQ Khan. "100 Selon Les Nouvelles BBC, le mercredi 23 Janvier 2008, le président pakistanais Pervez Musharraf a rejeté les craintes que les armes nucléaires de son pays ne pouvait être obtenue par des militants islamistes. Un rapport de l'an dernier a recommandé que les Etats-Unis envoient des forces spéciales pour aider à "assurer le Pakistan arsenal nucléaire ". Ministère des Affaires étrangères du Pakistan a rejeté le rapport comme «rêveries bizarres", insistant sur le fait il n'y avait pas de danger d'actifs stratégiques du pays de tomber dans entre de mauvaises mains. À l'heure actuelle, peu de gens croient islamistes pourraient prendre le pouvoir au Pakistan. Mais il a été grande préoccupation sur les installations nucléaires du Pakistan depuis 2004. Cela a été lorsque le «père de la bombe nucléaire pakistanaise, AQ Khan, a avoué avoir divulgué des secrets nucléaires à l'Iran, la Corée du Nord et la Libye. Il a reçu une grâce présidentielle et a été depuis sous la maison arrestation. Le gouvernement pakistanais affirme qu'il a révélé toute l'étendue de ses activités. Les estimations du nombre d'armes du Pakistan a varient de 40 à plus de 100 ogives nucléaires. Une fois était une fois, l'idée reçue était que le Pakistan a besoin de trois bombes, à attaquer Delhi, Mumbai et Calcutta dans les pays voisins rivaux nucléaires, l'Inde. Dr Pakistan Hoodbhoy de Nucléaire Selon un expert, plus d'armes, davantage de personnes ayant accès aux installations d'armes. Mais il pense que les armes réelles sont sans danger. "En ce qui concerne la armes elles-mêmes sont concernés, je ne crois pas qu'ils peuvent être obtenues par des groupes fondamentalistes comme Al-Qaida. «Les jours de la contrebande de centrifugeuses de Kahuta se termine par AQ Khan. " Un autre expert nucléaire, Brig Shaukat Qadir, est d'accord sur ce point. "Pakistanais du nucléaire armes ne sont autant à risque que ceux des États-Unis ou l'Inde, dit-il. «Il ya différents niveaux de sécurité et tout le monde est vérifié et revérifié en entrant et de quitter l'établissement. " l'aide des États-Unis Selon Brig Qadir, même les troupes hautement qualifiés ne trouvent presque impossible aux installations nucléaires du Pakistan tempête. Le président Musharraf pardonné AQ Khan "En premier lieu, il ya le secret qui entoure le stockage des armes réelles et de développement, dit-il. «Par exemple, alors que tout le monde parle Kahuta, ce n'est plus la principale facilité." Puis, dit-il, la façon dont les installations nucléaires ont été construites rend presque impossible la pénétration. Des installations comme Kahuta sont construit des centaines de pieds sous terre. Dr Hoodbhoy convient que Le Pakistan a pris des mesures pour accroître la sécurité de ses armes nucléaires. Il s'agit notamment de l'envoi de personnel qui gardent les possibilités de formation aux États-Unis. Il croit que même de petites montants de l'uranium enrichi ou du plutonium pourrait pas être clandestinement des installations nucléaires du Pakistan. «Il faut environ 25kg pour fabriquer un appareil de la taille de , «L'acquisition de la quantité tellement de matières fissiles n'est pas facile". Brig Qadir a dit: «Tout le monde comprend que les matières fissiles est la principale composante … pensez-vous vraiment il sera aussi facilement disponibles que cela? "Les armes et les matières fissiles sont du même niveau de sécurité. La matière, a donc les mêmes chances de être volé les armes. " Questions pour le Congrès des États-Unis Les membres du Congrès américain ont également exprimé des préoccupations concernant la sécurité des armes nucléaires du Pakistan et de matériel connexe. Le sénateur Richard Lugar s'est exprimé en faveur de l'utilisation des outils coopératifs de réduction des menaces au Pakistan pour aider à la sécurité des armes nucléaires, biologiques, de matières chimiques et des armes dans le country.101 En outre, un certain nombre de textes de loi semblent destinées à influencer les politiques d'Islamabad en ce qui concerne le réseau Khan. L'article 2 du RH 1463, qui a été introduit Mars 12, 2009, et renvoyée à la commission des affaires étrangères de la Chambre le jour même, affirme que l'armée américaine L'assistance peut être fournie au Pakistan que si le président certifie que Islamabad est à la fois prise de AQ Khan à la disposition des Etats-Unis aux fins d'interrogatoire et de "fournir des garanties suffisantes pour la Gouvernement des États-Unis qu'elle suivra les mouvements de Khan et les activités de manière à empêcher sa participation à tous les efforts pour diffuser la technologie nucléaire ou le savoir-faire. " Cette l'article permet au président de renoncer à des restrictions sur l'aide américaine imposée en vertu de la projet de loi si le président «certifie au Congrès que c'est dans le contexte national intérêts de la Etats-Unis de le faire. "HR 2481, les États-Unis et le Pakistan sécurité et la stabilité loi, qui a été présenté le 19 mai 2009, et renvoyé le même jour à la commission des affaires étrangères de la Chambre, le House Armed Services Committee, et le renseignement de la Chambre du Comité, il faudrait le président de «développer et de transmettre au Congrès appropriées comités d'une stratégie interinstitutions globale et un plan de mise en œuvre de la sécurité à long terme et la stabilité au Pakistan. "La stratégie consiste à inclure une description" de la façon dont l'aide des Etats-Unis " autorisé par le projet de loi "seront utilisés pour atteindre les objectifs de la politique américaine envers le Pakistan,« dont l'un est "afin d'habiliter les" Islamabad à «maintenir la commande robuste et de contrôle sur sa technologie des armes nucléaires. "Le projet de loi autoriserait l'aide étrangère pour le Pakistan, y compris des fonds pour améliorer la capacité du gouvernement de contre-insurrection. HR 1886, le Pakistan Enduring assistance et la coopération Enhancement Act de 2009, serait autoriser l'aide américaine au Pakistan pour une variété de fins. Il s'agit notamment de renforcer démocratique institutions et application de la loi, ainsi que le soutien au développement économique, l'éducation, les droits de l'homme, et les soins de santé. Le projet de loi autoriserait également plus de sécurité des États-Unis assistance pour Islamabad. Toutefois, l'article 206 du projet de loi impose des conditions sur certains de ces l'assistance, il stipule qu'aucune assistance militaire américaine doit être fournie au Pakistan si le Président n'a pas fait une série de déterminations, dont l'une est que le gouvernement "continue à coopérer avec les États-Unis dans les efforts pour démanteler les réseaux de fournisseurs relatives à la matériaux acquisition d'armes nucléaires, y compris, le cas échéant, l'accès à Pakistanais ressortissants associés à ces réseaux. "La section comprend une sécurité nationale renonciation. Le projet de loi exige également un rapport au Congrès qui inclut une description "du Pakistan efforts pour empêcher la prolifération de matériaux liés au nucléaire et de l'expertise »et une« évaluation des si l'aide fournie au Pakistan en vertu de la présente loi a directement ou indirectement aidé les l'expansion du Pakistan programme d'armes nucléaires. "Le rapport du comité souligne continue préoccupations au sujet de obtenir des informations complètes sur les activités du réseau Khan et le développement de l'arsenal nucléaire du Pakistan propres: Pakistan histoire du développement nucléaire et à l'établissement Dr Abdul Qadeer Khan d'un réseau de prolifération nucléaire demeure une source de préoccupation pour de nombreux aux États-Unis, d'autant plus que la commission croit comprendre que les représentants des États-Unis ont n'a pas été interrogé certains individus impliqués dans le réseau. Le Comité estime que le Etats-Unis doivent continuer à s'engager le gouvernement du Pakistan sur le réseau, et devrait, le cas échéant, obtenir un accès direct aux individus couverts par le présent paragraphe, y compris M. Khan. Le Comité soutient également de vives préoccupations concernant les rapports récents de l'expansion du Pakistan de son arsenal nucléaire. Etant donné la menace croissante de Pakistan domestique insurrection, le gouvernement du développement du Pakistan de matières nucléaires semble en contradiction avec les menaces à la sécurité immédiate et est inutile dans le contexte de efforts de renforcer les relations américano-pakistanaises. HR 1886 a été présenté le 2 avril 2009, et renvoyé le même jour à la fois la politique étrangère de la Chambre Commission des affaires et Comité des règles. La commission des affaires étrangères signalé le projet de loi de mai 22, et le Comité des règles libéré le jour même. Le projet de loi a été renvoyé à la Chambre Armé Comité des services le 22 mai et libéré Juin 2. Le Juin 11, la Chambre a adopté des RH 1886, qui a été annexée à HR 2410, la Foreign Relations Authorization Act, Fiscal Ans 2010 et 2011. HR 2410 a été reçue par le Sénat et renvoyé au Sénat des Affaires étrangères Comité des relations. Le Sénat passé le renforcement du partenariat avec le Pakistan loi de 2009 (S. 962) à l'unanimité sur Juin 24, 2009. Ce projet de loi de fournir une aide au Pakistan, mais ne comprend pas les conditions relatives à le weapo non-prolifération nucléaire ou About the Author

Daily Show Jon Stewart Destroys Bill Kristol on Health Care – The Ultimate Smackdown!

Read The Entire Article Here At: Belligerent Politics News Website

My Viral Ron Paul Video

Subscribe to me on YouTube
Subscribe in a reader

Or you can receive updates via email below :)

Enter your email address to follow us and receive notifications of new posts by email.

Join 69 other followers

Political Move On Twitter:

RSS Belligerent Politics On YouTube

  • An error has occurred; the feed is probably down. Try again later.
%d bloggers like this: